Selon la cours suprême du Canada, si l’on publie un lien qui mène vers des propos diffamatoires, ce dernier n’est pas considéré comme diffamatoire.

La raison est simple. On utilise les liens internet comme des références, tel que des notes en bas de page dans un document papier. Plusieurs experts sont d’accord avec cette affirmation, car si le contraire était réel, cela créera beaucoup de complication pour la liberté d’expression.

Véronique Duval

Publicités